Actualité
Trier
Plus récentsPlus consultés
Dakar 2012 : La fin des vérifications
Dakar 2012 : La fin des vérifications

Des « vérifs » couleur sable

 

L’atmosphère décontractée adopté par les vacanciers de « la Feliz » n’a pas totalement déteint sur les pilotes et équipages du Dakar 2012, dont le départ sera donné le 1er janvier. A Mar delPlata, les concurrents convoqués pour la première journée de vérifications se sont montrés concentrés sur leur objectif : Lima, que les meilleurs verront le 15 janvier.

 

 

Ce n’est pas une étape, mais bien un passage obligé. Et chez les pilotes et équipages du Dakar, la tension est bel et bien palpable dans les allées des vérifications techniques et administratives. La plupart ont profité un ou deux jours des plaisirs de  Mar delPlata, la station balnéaire des Portenos en vacances. Mais après la dégustation d’un bife de lomo ou de chorizo selon les goûts, et un footing matinal sur la plage pour beaucoup, il est bien temps de se consacrer sur l’essentiel. Dès l’aurore, la base navale a ouvert ses grilles aux pilotes et équipages, le premier convoqué étant aussi, fait du hasard, le plus jeune de tout le rallye : l’Argentin Lucas Bonetto, tout droit venu d’Ushuaïa, vient de fêter ses 20 ans. Avec l’avenir qu’il a devant lui, le récent champion d’Argentine de quad  a de quoi s’inspirer des frères Patronelli, qu’il a pu croiser un peu plus tard dans la journée. Alejandro, le tenant du titre, et Marcos, le vainqueur 2010, sont devenus dans le pays des références en matière de sports mécaniques. Leurs  performances sur les pistes du rallye leur ont fait gagner l’affection de tout un peuple, en même temps que le respect de l’ensemble des pilotes de la catégorie, où les données risquent de changer avec la diminution de la cylindrée des moteurs, actée cette année : « J’y suis favorable, réplique pourtant Alejandro. Maîtriser un 900cc était plus dur et plus fatigant. De toute façon cette course n'est pas une course classique. C'est d'abord une traversée humaine et un grand défi. »

Hormis pour les quads, les favoris des différents titres en jeu sont attendus un peu plus tard dans le programme. Mais la première journée a tout de même permis aux spectateurs et journalistes présents de jauger l’ambition de quelques outsiders à moto, à commencer par Jordi Viladoms, qui a justement quitté Yamaha pour une nouvelle structure italienne, Bordone-Ferrari. La jeunesse de l’équipe ne modère nullement les objectifs de l’Espagnol, longtemps porteur d’eau de Marc Coma « nous sommes cinq à pouvoir jouer la gagne. Et je crois que l’instauration de pénalités pour les changements de moteur sera un élément décisif. Peut-être que certains arriveront à faire tout le rallye avec un seul moteur, mais parmi les favoris il y en aura peu ». Et en effet, cette menace de 15 minutes supplémentaires (45’ pour le 2ème changement de moteur) était au cœur des conversations. Pal-Anders Ullevalseter, 2ème en 2010 derrière Cyril Despres, se montre plus réservé sur les capacités de rouler 8300 km sans passer par la case moteur, mais ne désespère pas de batailler pour le podium : « A mon avis personne n’ira au bout avec un seul moteur, mais même avec 45’ de pénalités, on peut finir très haut dans le classement. En tout cas je suis impatient de franchir les montagnes, pour avoir ensuite une grosse dose de désert ».

L’appétit de sable du Norvégien est partagé par l’ensemble des concurrents, qu’ils soient débutants, anonymes ou favoris. Demain, les prétendants au titre de la catégorie camion seront au rendez-vous : les Kamaz de Nikolaev et Mardeev junior, les Iveco de De Rooy, Stacey et Biasion et le Tatra d’Ales Loprais. En auto,  les stands accueilleront par exemple Christian Lavieille (Dessoude) ou Bernhard TenBrinke (Riwald). Sur deux roues, ce sera au tour de Francisco Lopez (Aprilia), Paulo Gonçalves (Husqvarna) ou Quinn Cody (Honda) d’effectuer leur circuit complet.


Communiqué officiel

vincent artigue, le 30/12/2011
Contacts

site officiel

  Mentions légales - Photographies non contractuelles